Deux hémisphères, trois semaines: petit guide de voyage à Ibiza

Une agréable surprise, départ à l’île de la fête, bonnes paellas et paysages de fou.

Mes vacances ne se sont pas arrêtées là, heureusement! Comme raconté precedemment, je suis arrivée à Charles de Gaulle le samedi soir avec une envie folle de me doucher et me coucher directe! Le dimanche nous nous sommes baladés à Paris (j’étais pas montée depuis un bon moment…) et nous avons déjeuné avec des amis sur la Seine aux Maquereaux.

C’était super bon, dans un cadre bien sympa. Le rosé qui allait avec, pas mal comme bienvenue  🙂

Le soir même, retour à Bordeaux, changement de saison dans ma valise et hop! Lundi à 7h00 on est parti à l’aéroport, destination: Ibiza

Vacances de dernière minute

A vrai dire, ces vacances ont été organisées à la dernière minute. J’étais déjà partie quand mon copain m’a annoncé qu’on pouvait prendre une semaine de plus, et qu’il allait se charger de trouver quelque chose de pas très cher vu le mini délai.

Ibiza me branchait moyen, je pensais à des gens huilés, refaits, ambiance fête bling bling… tout ce qu’on (je) aimait pas.

Voiture obligée

Arrivés à l’aéroport, on est parti à la recherche de notre voiture de loc. Cette partie a été la moins agréable, nous avions pris quelque chose de pas trop cher, et nous étions pas les seuls. Bien sur les bureaux n’étaient pas à l’aéroport, mais une navette est venue nous chercher. On arrive, et là, le drame. 40 degrés et au moins 60 personnes qui attendaient, chacun avec un petit scandale… Bref, nul! Nous avons attendu au moins 2h, pour avoir enfin notre voiture. Il faut pas être pressé chez OK rent a car! 

Une agréable surprise

Jusqu’à là, toujours pas enflammée. Mais bon, les zones autour des aéroports ne sont jamais très belles!

Capture

Voiture prise en main, 30 minutes de route jusqu’au premier logement à haut de la montagne de Sant Joan. La campagne « ibicenca » est tellement belle! Je ne m’attendais pas du tout à ça! Des paysages qui font un rappel à la Grèce, mais avec une terre plutôt rouge foncée, des maisons blanches qui se détachent du fond… De la verdure tout autour, des chemins de montagne… c’était déjà trop beau, et je n’avais pas encore vu la mer!

Petit plouf obligé dans la piscine, une douche et nous voilà partis pour l’apéro(activité très sportive qu’on a répété toute la semaine haha). A 5 minutes en voiture de la maison, nous nous sommes arrêtés à Portinatx, extrême nord de l’île. Un verre de sangria à la main, on a vu notre premier coucher de soleil. Contrairement à ce qu’on pensait, la « fête » est bien concentrée au sud de l’île. Ici au nord c’est assez calme… beaucoup plus familial (en plein juillet, beaucoup trop de familles pour le coup… 😀 ).

Nous avons beaucoup visité le nord, les « calas » (criques) sont très belles mais petites. Donc notre astuce c’était arriver tôt, déjeuner sur place au Chiringuito et finir l’après-midi à la piscine, pour revenir au coucher de soleil pour l’apéro.

Cala Xuclar

Toutes les calas ont un « chiringuito », ou ce que vous appelez paillote. Il y en a des plus et des moins chics. Un soir, nous avons atterri par pur hasard à « Cala Xuclar » une toute petite plage avec son propre restaurant. On a pris un verre de bon rosé (mission pas facile), et comme le lieu était bien cool, j’ai demandé s’il y avait une table dispo pour dîner. Le gérant m’explique qu’il faut absolument réserver avec des jours d’avance, bref, l’histoire c’est qu’on était dans un semi gastro branché et qu’on était pas au courant 😀

IMG_4529

40 minutes plus tard, le gérant vient nous dire qu’une réservation ne s’était pas présentée, donc, c’était pour nous! Le côté plus gastro était accentué dans les entrées, petites, mais sublimes. On a pris les tacos revisités avec bisque de langoustine et un ceviche façon thaï, toutes les deux incroyables, fraîches! La majorité des restaus proposent du poisson frais, celui-ci proposait les pêches du jour au kilo, avec accompagnement de salade et pommes de terre. A tomber par terre dans un cadre de fou, musique douce et service à la hauteur.

Benirras

Notre deuxième logement était du côté de Benirras, toujours dans le nord mais plus à l’ouest. La fameuse plage de Bénirras est très très grande, et très très touristique. Il faut savoir que cet île à la base est un vrai repère des hippies des années 70 (et du coup les générations suivantes) qui a été malheureusement envahi par la consommation et le bling qu’on peut voir plus au sud.

Ces hippies apportent la particularité sur cette plage avec la « salutation au soleil », où on fête donc le coucher de soleil au son d’une cinquantaine de tambours, c’est assez dingue comme spectacle! Mais le problème encore un fois, le tourisme de masse. Plein juillet, tout est compliqué et il y a énormément de monde qui veut voir ce petit spectacle d’une minute au bord de la plage.

Sur cette plage il y a trois restaurants, pas oufissimes mais correctes, nous avons mangé chez « Roca y Mar » notre première paella. Le restau payait pas de mine, mais la paella est très bonne et les serveurs très agréables 🙂

Port de Sant Miquel

A 10 minutes en voiture de notre logement, se trouve le Port de Sant Miquel. Le seul bon côté de ce lieu c’est la plage, qui est énorme, sinon à fuir. Des hôtels gigantesques qui gâchent toute la vue, collés au rocher… un million de touristes et de la restauration pas génial.

Mais… si tu marches un peu sur la gauche pour arriver à la crique suivante, loin des familles nombreuses et des jeux d’enfants, tu arriveras à un petit paradis appelé « Utopia ».

Encore une fois, une toooooooute petite plage, où encore, il faut soit arriver tôt, soit réserver un parasol la veille… Mais avec une vue de fou, l’eau turquoise, et bien sur, le chiringuito qui va avec (oui on a fait que manger et boire toute la semaine, oui 🙂 )

Le restau est très très beau, et géré para un anglais qui est au bar et une roumaine en « salle », elle a l’air un peu stressée au début (toujours très gentille), mais avec de la patience, on a fini pour avoir une table.

La particularité de ce chiringuito, c’est que tous les plats sont à base de poisson du jour au kilo -étant arrivés plus tôt on a vu le pêcheur débarquer avec ses poissons tous frais- cuits à fuego lento (feu doux). Un super déjeuner frais, léger, top!

Portitxol

Toujours au nord, Portitxol était soit-disant l’un des spots à voir absolument.

J’ai enfilé des espadrilles (détail important pour l’histoire) et nous sommes partis à la découverte d’un spot avec des cabanes de pêcheurs au bord de l’eau. Il y a un peu de route, et selon ce qu’on nous avait dit, on devait se garer dans le lotissement « Isla Blanca ». On a fait l’erreur de mettre Portitxol sur le GPS, donc on a laissé la voiture un peu plus loin (nous n’étions pas les seuls). Il faut savoir qu’il faut absolument rentrer à ce lotissement et laisser la voiture un peu plus bas, cela vous économisera 15 minutes de marche (ça ne parait pas beaucoup mais vous allez me remercier).

Nous nous sommes garés tout en haut, vers 10h00 on a commencé à descendre vers la mer, en suivant le chemin. Le paysage était assez incroyable, et ça n’avait pas l’air d’être si loin que ça. FAUX!

Après 30 minutes de descente, la mer commence à être très très proche, nous avons beaucoup trop chaud et on rêve de sauter à l’eau directe! Un branchement de chemin arrive, et on décide d’aller à gauche. On marche encore et encore, la mer se rapproche et bim! Plus de chemin, littéralement. Le chemin se transforme en falaise, j’ai chaud et j’ai envie de pleurer 😀

On reprend nos esprits, et le chemin vers le haut et ensuite à droite, pas trop de choix! Nous sommes en plein soleil, on a pas mangé, nous avons chaud et on est pas du tout équipé! (Rando espardilles je déconseille…) 15 minutes plus tard, nous voilà arrivés à destination.

C’est très très beau, mais bon, pas de place pour s’allonger, des rochers par tout et des petites cabanes de pêcheur. Nous nous sommes mis à l’arrache sur les descentes des bateaux, « planté » le parasol entre deux cailloux et à l’eau directe. Je pense que c’était le besoin absolu de fraîcheur qui nous a fait kiffer le spot, mais bon, c’était quand même très joli. Des poissons partout… et on était seuls au monde. Le mieux c’était de rester dans l’eau parce que dehors on était vraiment pas du tout confortables (la chieuse… 🙂 )

Le retour a été très très très long, on avait très faim et trop chaud! On a mis au moins 40 minutes pour remonter. Mais bon, on garde les bons souvenirs.

(Non, je ne suis pas une randonneuse de ouf 😀 )

Santa Eularia des Riu

Le dernier logement était le plus rustique, sans piscine, mais le plus chaleureux. Pour celui-ci il mon mec se gardait une petite surprise, on est débarqué chez un couple d’argentins, tous les deux professeurs de tango.

Non, les argentins ne naissent pas en sachant danser le tango, détrompez vous 🙂, chez eux on a pu faire notre premier cours et c’était fou! Ecouter cette musique à 11 000km de chez moi sur une scène en pleine nature… frissons assurés, et une petite larme à l’œil.

Santa Eularia en soi, n’est pas très joli. Je pense que c’est une des villes des plus touristiques de l’île, notamment pour les anglais. Plein de bars l’un à côté de l’autre qui proposent des fish & chips et des English breakfast! Pas très typique tout ça… En effet c’était beaucoup moins cher vu la concurrence, mais pas trop d’intérêt.

Mais quand même, des belles plages, un boooon restau pour les carnivores sans chichis: Cas Pagès(attention, pas de CB) et un joli marché hippie:« Las Dalias »où j’ai acheté des produits de beauté bio et le fameux sel d’Ibiza (attention, merci le tourisme de masse, beaucoup de trucs sentent l’achat en gros en Asie… 😦 ).

Eivissa

La ville d’Ibiza est à visiter absolument. L’arrivée est un peu compliqué car il y a des gros bouchons, mais une fois garés le mieux c’est de tout faire à pied. La vieille ville avec ses grandes places, et petites ruelles piétonnes est très très belle. Mais le top c’est Dalt Vila ou la haute ville.

Premier stop à Dalt Vila, on s’est posé dans un petit café, pichet de sangria et deux pintxos devant un beau coucher de soleil. Des orangers à chaque petit morceau de terre, on respire une ambiance très calme malgré les touristes.

Pour le dîner, on a suivi un conseil Lonely Planet. Il y a beaucoup trop de choix, donc cette fois-ci on a pas fait les aventuriers.

« Locals Only » est très très bon restaurant italien situé dans la vieille ville. Les serveurs sont tous italiens, un staff jeune, ambiance cool, produits frais, locaux bio pour quelques uns, et très bons conseils en vin. Tout ce qu’on aime!

Le sud, plage des Salines et Es Vedra

Nous devions quand même aller voir à quoi ressemblait le fameux sud fêtard 😀 . Premier stop, la grande plage des Salines. Comme le nom l’indique, entourée des marais salants et à côté de l’aéroport, cette grande plage peut accueillir beaucoup de monde. Le côté sympa, c’est que même si c’est blindé, l’effet d’être aussi grande vous permettra de vous poser où vous voudrez!

L’eau est transparente, et il y a presque que du sable (vos petits pieds vous en remercieront après une semaine des cailloux hihi). Ici il y a 90% de jeunes, une bonne partie des lézards à tatouages tribaux, des filles qui ne mouillent pas leurs têtes (make up + brushing) et pas mal de silicone. Mais quand même, du bon son et une ambiance plus festive (ça changeait des familles nombreuses allemandes hihihi 🙂 )

De l’autre côté de cette plage, se trouve une autre, apparemment similaire « Es Cavallet ». On a pas eu le temps d’aller voir, mais on nous a dit que le resto « El Chiringuito »sur la plage est exceptionnel (€€€!), ça restera pour une prochaine.

Notre dernière soirée on l’a réservé pour un dîner en amoureux à Cala d’Hort. On était déjà venu sur cette plage en journée, mais effectivement, elle est touuuute fine donc encore une fois c’était compliqué de se poser.

Cette plage orienté sud, a par particularité une vue incroyable sur un gros rocher qui émerge de la mer, appelé Es Vedra.

Nous avons contemplé cette vue de fou atour d’un verre de vin rouge et notre dernière paella au restaurant El Carmen. Même si on voyait que c’était la chaîne, on a eu droit à un super service avec une vue de fou!

Bon, tout ça pour vous dire qu’Ibiza a été un très bon choix ! Et bien évidemment on reviendra, car on a pas eu le temps de visiter Formentera ou même de faire la fête comme il faut!

J’espère que vous avez voyagé un peu en lisant ceci, un peu de soleil pour ces journées plus fraîches ! (qui d’ailleurs ne me dérangent pas du tout ! #winterlover 🙂 )

Bonne semaine, et désolée pour ce français bordélique ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s